Une taxe sur le CO2 efficace

Il y a maintenant 30 ans que le premier rapport du GIEC a été publié, ce qui montre que les émissions mondiales de CO2 doivent être réduites de toute urgence afin d'éviter un changement climatique catastrophique. Depuis lors, les émissions de CO2 ont augmenté de plus de 60 %.

C'est parce que les combustibles fossiles sont trop bon marché. Tant que ce sera le cas, les gens continueront à utiliser des combustibles fossiles. La solution consiste à augmenter progressivement la taxe sur les émissions de CO2.

Les conséquences

  • Les produits polluants deviennent plus chers que les produits propres, ce qui encouragera les particuliers et les entreprises à opter pour des solutions moins chères et plus propres.

  • Les émissions de CO2 diminueront et la consommation de combustibles fossiles sera éliminée plus rapidement.

  • L'argent sera détourné des combustibles fossiles pour être canalisé vers des solutions climatiques. Elle accélère le développement et le déploiement à grande échelle des technologies à faible intensité de carbone.

 

Tant qu’au niveau européen il n’existe pas de quota efficaces, nous revendiquons une taxe nationale sur le CO2 sur toutes les émissions de CO2 comme mesure de transition. C’est le moyen avec le meilleur rapport coût-efficacité pour réaliser les objectifs de réduction d’émissions belges, et également le moyen de promouvoir une solution au niveau européen à plus long terme. Pour donner à l’économie le temps nécessaire de s’adapter à la taxe sur le CO2, on devra la fixer en première instance à un niveau bas et puis l’augmenter annuellement.

 

A moyen terme notre objectif est un prix efficace sur le CO2 au niveau européen.

Les subventions à l'industrie des combustibles fossiles correspondent à un prix carbone négatif. Au lieu de la décourager, elle récompense même la pollution, et la société en subit les conséquences désastreuses. C'est pourquoi nous demandons également que toute forme de subvention pour les combustibles fossiles soit immédiatement abolie.

Le Revenu Climatique : Une répartition équitable de la recette

La recette totale de la taxe sur le CO2 sera répartie de façon proportionnelle sur la population. Chaque citoyen aura droit à un dividende ou Revenu Climatique.

L'avantage du dividende est que le coût de vie moyenne n'augmente pas. Les personnes dont l'empreinte écologique est plus faible en bénéficient, celles dont l'empreinte écologique est plus élevée que la moyenne devront payer un supplément. La majorité des familles, en particulier les familles à faibles et moyens revenus, sont mieux placées financièrement grâce à cette politique.

 

 

La taxe carbone avec dividende change la donne, en permettant une politique climatique ambitieuse qui est également socialement équitable et bénéficie d'un large soutien populaire.

 

Des études macro-économiques ont démontré qu’une taxe sur le CO2 accompagnée d’un dividende carbone exerce une influence positive sur la croissance économique, sur l’emploi et sur la santé publique.

D’ambitieuses réductions d’émissions en Europe

En Europe nous devons continuer l’élan de l’accord climatique de Paris et viser à réduire d’ici 2030 les émissions des gaz à effet de serre avec au moins 50% par rapport à 1990.

Une compensation aux frontières

Comment éviter que les émissions de CO2 que nous avons économisées en Belgique soient produites alors en d’autres pays? Pour éviter ce “carbon leakage”, et également pour protéger nos entreprises et notre économie, il faudra lever un impôt sur l’importation de produits provenant des pays sans taxe sur le CO2 et introduire un bonus à l’exportation pour des produits qui vont en direction de pays sans taxe sur le CO2.

 

Pour réaliser ceci il faudra une collaboration au niveau européen.